The very incredible story... 1 [19/01/09]

 

 

Bienvenue dans cette nouvelle rubrique où je vais avec désinvolture vous ennuyer de mes écrits !

 

Ceux -ci sont, sans fausse modestie, d'un extrême qualité, si ce ne sont pas des best sellers, c'e"st parce que je me refuse à les faire éditer, car je préfère la richesse de mon savoir et de mon talent aux immenses droit d'auteurs que me rapporterai l'édition de ces chef d'oeuvres.....

 

Naaaaaaaaaaaaan !!! j'déconne... C'et parce que j'ai la flemme, si j'étais persuadé que sa vaille cake chose, je l'aurai déjà envoyé à une maison d'édition pour me goinfrer de flouze, en regardant avec mépris et condescendance les idiots qui acheterais ma prose, alors qu'ils pourraient l'ecrire eux mêmes... Tas de feignasse !

 

Aller ZOU !!

 

_________________________________________________

 

Et Pis zoo De Ouane

 

Il était une fois un type qui avait trouvé un animal étrange, sorte de rat avec des oreilles démesurées. La bestiole étant amicale, il la ramena chez lui et une amitié solide se noua entre eux. Il chercha dans des bouquins ce que cette bestiole pouvait bien être...sans succès.

 

 

Il remarqua que la bestiole aimait qu'on lui gratte le ventre ce qui provoquait alors une sorte de ronronnement bizare du genre "rrrrrreu rrrrri rrrrrreu rrrrri rrrrrreu rrrrri... "

 

 

Il appela la bestiole un Reuri.

 

 

Le type était facteur de l'espace (je sais je l'avais pas dit avant... quoi, ca existe les facteurs de l'espace !). Et un jour il fut muté sur zyghlurht 28, comme sont Reuri ne pouvait pas l'accompagner, il le confia à sa gentille voisine en lui disant qu'il reviendrait dans 1 an. Il lui donna quelques indications pour qu'elle s'occupe bien du gentil rastagousse*.

 

 

  1. Lui gratter le ventre regulierement ne serait-ce que pour se rappeler son nom
  2. Ne jamais lui donner de schurzii au déjeuner
  3. S'il couine, lui zurglyter la schlingouse.

 

(* de rasta : qui a des veuchs tout chelou, et de gousse qui AÏE !)

 

 

La voisine accepta... Et le type s'en alla pour un an sur zyghlurht 28...

 

 

La voisine, dont le prenom était Deborah, Debby pour les intimes, s'occupa bien du reuri, mais au bout de quelques jours, la bestiole se mit a couiner, et couiner, et couiner... C'etait insuportable, elle entreprit donc de lui zurglyter la schlingouse... Mais il faut bien le dire, quand on est peu coutumier de ce genre d'opération... ce n'est pas sans danger...

 

 

L'opération se passait bien, mais la pauvre Debby oublia de tirliburer les sycolop (en soit ça n'a pas l'air bien grave mais les reuri sont zanimos fragiles !...)

 

 

Le reuri continua donc de couiner, mais plus faiblement....

 

 

couine couine couine, mais en plus petit

 

 

 

 Au bout de 3 semaines, il faut bien admettre que le reuri faisait peine à voir... Sur les conseils d'une amie botaniste, Debby emmena le reuri chez un véterinaire ophtalmologiste afin que celui-ci tente de redonner au reuri son goût de la vie, son poil brillant, et toutes ces choses qui font la différence entre un reuri qui a l'air de péter la forme et un reuri qui à l'air d'une merde*...

 

 

Le vétérinaire ophtalmologiste arrivera-t-il à remonter le moral du reuri ?

   

Le facteur va-t-il sonner deux fois (au moins) ?

 

La botaniste est-elle de mèche avec Greenpeace ?

 

Est-ce qui reste une part de pizza aux peperonnis sans anchois avec supplément fraises des bois ?

 

    Vous le saurez bientôt, enfin peut être, enfin si ça vous interresse vraiment, parce que moi en fait je m'en fout un peu, mais bon, y a des gens que ça interresse alors...

 

 

    * On notera donc que cet orifice est multifonction et ne peut pas être sérieusement pris en compte pour connaître l'état de santé d'un reuri ou de tout autre individu du règne animal. Sauf si on y met un thermomètre, mais là, je vous laisse juge...

_________________________________________________



19/01/2009
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour