The very incredible story...5 [27/01/09]

 

 

Hop hop hop.... OOOOOPPPSSSS !!!!

 

Comment ??? j'ai pas mis la suite ???? Bon ben ok, je la met.... mais c'est bien parce que c'est vous... tas de vous !

 

Et Pis zoo De KAT dans l’AUBE

 

Moi : Tu peux pas écrire ça debbie, ça veux rien dire Kat dans l’AUBE

 

Debbie : parce que ce que tu écris ça a du sens ?

 

Moi : non…. Mais c’est pas le problème

 

Le reuri : dites donc ça vous ennui pas trop que je soit là, parce que je crois quand même que c’est moi le héro de cette histoire

 

Débbie et moi : TA GUEULE !!!!!!

 

Le trappeur : c’est vrai quoi depuis que le reuri y cause c’est le bordel ici…

 

Le reuri : c’est pas le bordel, au contraire, ça relance vachement l’histoire, parce que jusque là j’étais un animal extrêmement mystérieux, et maintenant que je peux parler, rien ne m’empêchera de raconter :

 

LA VRAI HISTOIRE DU REURI EN CINEMASCOPE PANAVISION SON THX !!! TATATIN !

 

Le trappeur : qu’est ce qu’elle a ma tarte ?

 

Debbie : tu sais quoi reuri, je crois que ton histoire on s’en fout parce qu’en fait, le quatrième garçon il vient de me demander en mariage, alors ça va être vachement sympa et j’aurai une belle robe blanche et je marcherais vers l’autel avec de la belle musique et tout ça… Hein c’est vrai !!!

 

la belle musique et tout et tout :

 

 

L’auteur, quatrième garçon démasqué : en fait, je pensais surtout tirer un coup dernière la cabane du trappeur, pour le mariage, tu t’emballes un peu ….

 

Le trappeur : moi ça me dérange pas, mais faites attention à l’échelle du schéma !!!

 

(note de moi... si vous n'avez pas vu le schéma dans les épisodes précédents, j'ai conscience du fait que cette vanne vous laisse perplexe... tant pis, je me dois de choyer les lecteurs zassidu...laid  zou beaux !)

 

Debbie s’effondre alors, ces genoux tombent dans un ensemble parfait sur le sol de la cabane, elle gémie et renifle, le malheur la frappe (et vachement fort), son petit cœur est brisé par le quatrième garçon que jusqu’à cet instant on ne savait ce qu’il faisait puisque ça n’étais pas dit dans la chanson… (à part montrer sa bite, mais ça tout le monde le fait, sauf les femmes)

 

Voici donc un grand mystère qui t’es révélé à toi lecteur : le quatrième garçon il casse les cœurs des filles !!!!

(non non ne me remerciez pas... c'est kado ça me fait plaisir !)

 

Le reuri : couine couine

 

Le trappeur : et le reuri y casse les couilles à couiner !

 

Debbie : BOUHHHHHHHHHH !!! Je suis trop malheureuse !!!! Il en veut KAMA VERTUE

 

Quatrième garçon…. : Soutra, pas vertue !

 

Le reuri : bon puisque c’est comme ça je me casse !

 

Tous : pas cap !

 

Le reuri : ok pas cap, couine couine, je ne peux pas errer seul comme ça dans les étendues perdues du fin fond de la forêt du nord là bas très loin où ya des corons, couine couine, je suis seul, abandonné, malheureux et personne ne m’aime !!!

 

Le trappeur : ça se mange un reuri ?

 

Debbie, prise de pitié : bon ça va, on s’en va tous les deux et on verra bien, il est où l’aréop… l’apérop…. La nérop… la gare ?

 

Le trappeur : juste à côté de l’aéroport

 

Debbie : c’est pratique !

 

Le reuri : couine

 

Et c’est ainsi que Debbie quitta d’un pas décidé la cabane tu trappeur avec son reuri sous le bras…

 

Ce que fit ensuite le quatrième garçon avec le trappeur derrière la cabane n’est pas dit dans la chanson, et pas dans cette histoire non plus (mais faites quand même attention à l’échelle merci …)…

 

 

« Bonjour je voudrais un billet pour chez moi » dit Debbie au  marchand de billets d’aviontrainbuslocation devoituretaxi et cætera*.

 

*Et cætera : de ET extra terrestre qui mange des smarties et confond des mots aussi différents que « maison » et « anus »

 

exemple : je voudrais bien rentrer dans ma maison (d’où le doigt rouge qui pue ; mais bon, Spielberg il fait pas de l’odorama)...

 

et de et cætera : qui partage l’etera** de bonne grâce quand yen a des qui on oublié le leur….(en fait, la lettre bizare après le « c » devait être à l’origine un « o » , mais yen a ils écrivent comme des porcs, si on imagine qu’un porc qui pique ou qu’un porc se laine)

 

**NB : etera n’est pas dans mon dico, à la place ya « éternel », mais il n’y a probablement aucun rapport…

 

Le gars qui vend des billets : j’peux y aller ?

 

Moi : où ?

 

Le gars qui vend des billets : j’veux dire, c’est normalement le moment où je lâche une de ces répliques désopilantes qui font la richesse de cet ouvrage, et qui invite le lecteur à se pencher, mais pas trop parce qu’il pourrait tomber, sur le sens de la vie, le sens de sa vie, le sens de la drôlerie dans la littérature moderne, le sens « j » « rat » « toire », le sens  interdit et le sens sans plomb…

 

Debbie : m’a l’air un peu bavard le gars qui vent des billets, j’ai bien l’impression que je vais manquer mon pédalo !!!

 

Le gars qui vends des billets : je ne vends pas de billets de pédalo, parce que je ne fait pas de location sans chauffeurs, remarquez, ce n’est pas ma faute, c’est parce que c’est ma condition. En effet, comment me définir ? Quelle* est ma condition ? Par rapport à mon apparence ou par rapport à ma fonction ? Suis-je ce que je suis, ou ce que je fais ?

 

Debbie : va chier !

 

Le gars qui vends des billets : c’est bien ce que je dis !

 

Maître Cappelo : et bien non , mais je suis fort aise que l’on me laisse ici la possibilité de rétablir la vérité linguistique de ce sujet, puisque et cætera, de la même famille qu’ex-aequo viennent tous deux et à égalité du latin (comme Ricki Martin que l’on prononce Martine comment veux tu comment veux tu que je te…) et la signification heureuse de ce terme n’a rien à voir (circulez) avec ce qui a été écrit ci-avant juste après la petite étoile qui sur le clavier se situe souvent près de l’entrée (la touche) alors que dans le ciel il y en a partout (ce qui prouve, s’il en était besoin, la supériorité du ciel sur n’importe quel clavier d’ordinateur homologué. C’est vrai quoi, c’est important quand même…)

 

Et donc, je remet 50 francs dans le nourrain, qui n’est autre qu’un porcelet de porcelaine quoi que l’on ne le tonde pas même s’il a des soies et même parfois des vers. Et quant on a un verre à soit, on n’est donc pas obligé de boire dans un autre, même si cela n’a strictement rien à voir avec le sujet qui nous intéresse…à votre santé !

 

Le reuri : est-ce que quelqu’un peu retirer de « ma maison » ce billet de 50 francs qui n’a plus cours quoi que sa valeur nominale reste inchangée soit 7,62 euros. Je rappelle que je ne suis pas un ongulé omnivore.

 

Debbie : mais tu es un extra terrestre !!!!!

Tu as dis « ma maison » au lieu de « censuré parce que je suis une jeune fille pure et que jusqu’à maintenant il n’y a que les thermomètre qui peuvent dire - c’est sombre la dedans !  et encore, seulement ceux qui parlent (les thermomètres)»

 

Le reuri : holly shit i’m done !!!

 

Le trappeur : je croyais qu’il n’y avais pas de version internationale où les gentils y gagnent à la fin !!!

 

Le gars qui vends des billets : attendez votre tour monsieur le trappeur, maître Capello (de « maître » qui signifie approximativement cent centimaîtres et de Capello qui signifie qu’il a encore des cheveux) étais là avant vous, et d’abord qu’est ce que vous faites là ?

 

MOI : ben oui !!! Qu’est ce qu’il fout là ?

 

Le reuri est il un extra terrestre ?

Sont-ce les vrais cheveux de maître Capello ?

Debbie va-t-elle prendre le train ?

Le gardien de phare a-t-il vraiment des ampoules aux pieds ce qui explique qu’on l’ai trouvé en train de faire le poirier en pleine tempête ?

Ou alors c’est parce qu’il s’appelle William ?

 

Vous le saurez très bientôt parce que la majorité des réponses sont juste après, là, un peu plus loin dans le chapitre suivant, juste après le petit gaulois juste en dessous qui fait référence au truc plus haut. On m’apprend que ce n’est pas un petit gaulois, avec ou sans potion magique, mais une astérisque… j’en reste sans voix………………………………………  Et obélisque ? C’est une chiffre romain ?

 

* Venez retirer votre catalogue QUELLE (ça veux dire source en allemand) chez votre marchand de journaux, celui qui est à côté de la gare à pédalo avec chauffeur. Ou rejoignez nous sur http://www.quelle.fr/ je vous conseille les pages lingeries…

 

OOOOOOOOPPPPPPPSSSSSSS !!! Autant pour moi, le prochain épisode c'est demain enfin peut être... enfin on sait pas bien.... enfin on verra...   Cruz !!!



27/01/2009
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour